République Tchèque

Sur le chemin du retour

Sur le chemin du retour

Avec beaucoup, beaucoup de retard, il est grand temps d’achever ce dernier article!
C’est reparti pour un petit retour dans le temps, direction l’Autriche, il y a donc presque un mois! Voici la fin de nos deux dernières semaines de road-trip…
Après une semaine passés en compagnie de Judit et de sa famille dans la montagne, le moment des au-revoir tant redoutés arriva… L’émotion est palpable, impossible d’être insensible à leur hospitalité, leur humour et leur gentillesse, qui nous ont beaucoup touché. On quitte donc cette maison du bonheur, avec la tête remplie de souvenirs. Judit nous serre dans ses bras et nous quitte sur le quai de la gare…Sûrement les au-revoir les plus difficile de notre voyage.

Sous les conseils de Judit, nous voilà partis pour la toute petite ville de Mallnitz, qui est dans une vallée, Judit nous l’a décrite comme le paradis des randonneurs et des amoureux de la nature. Nous y sommes restés jusqu’à la fin de la semaine. On a de la chance, il fait beau et l’endroit est superbe, on profite de cette fin de semaine pour se reposer, préparer la fin de notre périple, décider de notre destination finale et surtout de profiter une dernière fois des grands espaces, les montagnes sont magnifiques, les panoramas le sont tout autant…bref le paradis, à quelques exceptions prés…! On a vite compris qu’en Autriche, il fallait être riche! C’est pas le lieu des routards fauchés, ici le pain avoisine les deux euros pour deux malheureux bouts de pain infâme! Dieu, les Autrichiens seraient-ils tombés sur la tête?! Les transports sont exorbitant et ne parlons pas de l’hébergement, le prix des campings ne comprennent pas la douche (?!) Il faut dire qu’on avait oublié les prix des pays riches!

C’est donc à la débrouille que nous poursuivons notre périple de l’Autriche! Après 4 jours en pleine nature, nous décidons de prendre la direction de Salzburg, la ville de Mozart. Là bas, une famille de couchsurfeur nous attend. C’est en stop, que nous nous y rendrons. Le soucis c’est que dans cette vallée, il n’y a pas d’autres moyens que de mettre les voitures dans un train-voitures pour se rendre de l’autre coté de la vallée, en effet, il n’y a pas de routes…Donc pour aller à Salzburg, il faut d’abord prendre le train-voitures juste 5 minutes, puis continuer en stop jusqu’à Salzburg…Tout un programme! Le but étant de trouver une âme charitable à l’entrée de la gare qui irait directement sur Salzburg…La tâche ne fut pas de tout repos! Soit on tombés sur des gens bien sympa mais qui étaient complet, soit sur des vieux qui avaient peur, et des refus à la pelle…Quant tout à coup une jeune femme qui nous à pris d’amitié, mais qui malheureusement n’allait pas à salzburg, s’est mise avec nous pour trouver une voiture! Malgré ses demandes en allemand, personne! Nous finissons donc par monter dans ce train en compagnie de cette jeune femme et son mari (qu’on ne se rappelle plus du prénom), pur coïncidence, c’est une infirmière qui travaille en réanimation! grâce à elle nous arrivons, dans un petit patelin où l’on a pu faire du stop…Nous arrivons deux heures plus tard, et 100 kilomètres après à destination, avec des musiques traditionnel autrichienne pleins la tête! (Notre conducteur fut un inconditionnel!)

Nous sommes accueillis par Herbert et Ansuela, qui sont de vieux routards qui ont beaucoup voyager avec leur enfants en couchsurfing, c’est dingue tous ce qu’ils ont fait comme pays! Nous passerons une bonne soirée en leur compagnie à jouer aux cartes. Que c’est bon de retrouver un toit et un bon lit au chaud! En effet, les nuits au camping étaient plus que fraîches et humide à la montagne!
Nous découvrons Salzburg avec ses touristes par millier, Mozart ça fait vendre! la ville est sympa, cependant rien de transcendant, en plus, pas de chance, il ne fait pas beau. on finira la journée autour d’un bon repas du Sud-Ouest concocté par Émilie, l’occasion de partagé de bons moments avec Herbert et Ansuela. Nous quittons le lendemain Ansuela, une belle rencontre qui est la preuve vivante que même malade (Ansuela est atteinte de la maladie de parkinson) il faut profiter à fond de la vie, malgré tout! Une belle leçon!

La fin de notre séjour en Autriche s’achève après deux semaines, et comme dans chaque pays traversés, nous avons la même réflexion: « un jour, on reviendra! » même si la vie est excessivement chère, nous avons appréciés la générosité des Autrichiens que l’on a croisés. Et puis on les trouve magnifique avec leur habits traditionnels le dimanche! La grande classe!

Nous entamons notre dernière semaine, ça sent la fin… Nous prenons la route pour Prague! Depuis le temps qu’on voulait découvrir cette ville, c’est enjoué qu’on allons à sa découverte. Cette fois, nous sommes accueillis par Barry, toujours en couchsurfing. C’est sous une pluie battante que nous arrivons chez lui. Chez Barry, c’est carrément le squat des couchsurfeurs! Une sorte d’auberge Espagnole mais en version tchèque! Barry est un baba-cool, avec ses dreads et ses tout petits yeux qui en disent long sur sa consommation de cannabis, on ne croirait pas qu’il bosse pour une banque! Son employeur lui paye un appartement de 80m2 avec 3 chambres, et comme il vit tout seul, il en fait profiter les routards du monde entier, du coup, tous les soirs il y a un mouvement permanent de couchsurfeurs. Nous resterons trois jours chez lui. Le soir-même, Barry, nous emmène dans un bar, la bière y coule à flot, et pour cause, à 1 euro la pinte, personne ne se prive! A peine assis, on a déjà nos verres à la main, sitôt la bière achevée, on vous en ramène une autre sans que vous ayez besoin de bouger d’un poil! Ça rigole pas chez les tchèques! Barry, est très étonné de nous voir refuser la cinquième pinte! C’est autour de ces nombreuses pintes que nous faisons connaissance de Barry, qui est vraiment sympa et marrant.
Le lendemain, nous partons à l’assaut de Prague! Nous ne regrettons pas, malgré la foule de touristes, et le mauvais temps, Prague est magnifique! Il suffit de s’écarter des sentiers battus pour découvrir de magnifiques petites ruelles colorées sans personnes à l’horizon. Durant trois jours, on restera sous le charme de ses monuments baroque et de ses nombreux clochers, on comprend mieux pourquoi Prague est la ville de la bohème. Sans aucuns doute, la plus belle capitale d’Europe qu’on ait visiter.

La suite du programme est relativement simple, après Prague, nous prenons la route pour notre dernière destination, la Belgique pour fêter l’anniversaire d’Adrien! Nous avons beaucoup hésiter avec Amsterdam, mais malheureusement notre budget ne suivant pas et n’ayant pas trouver de couchsurfeurs, on se rabattra sur Bruxelles qui fut l’option la plus simple, ayant des amis la-bas.
Mais avant de quitter Prague, nous profitons de notre dernière soirée avant de prendre le bus de nuit pour Bruxelles! C’est dans le même bar que la dernière fois que nous passons notre dernière soirée « Praguoise » avec des Australiens, des tchèques, des polonais et une française!
Nous quittons tous ces couchsurfeurs et notre ami Barry. En sortant du bar, Émilie voit la couchsurfeuse polonaise qui fait une sorte de crise convulsive, ni une, ni deux, Émilie l’a met en PLS, même alcoolisée, elle garde ses réflexes! Enfin, l’anglais est à revoir, « Do you like convulsion » n’était pas adapté!!! Au final, ce n’était même pas une crise convulsive!

Après toutes ces émotions, nous prenons le bus pour la nuit! Nous arrivons en milieu de journée à Bruxelles, nous serons accueillis par Alexis, qui nous embarque dans sa colocation. Le temps est vraiment pourri, s’en est presque déprimant, et surtout c’est la fin…Nous passerons le week end à manger des moules et des frites belges, boire de la bonne bière. C’est aussi l’occasion de voir Alexandre, dit le « hardeur » (ndlr un ami de théâtre d’impro à l’époque de Fabrika pulsion à Orléans) qui est devenu papa. Bref, nous passerons un week end tranquille sous un temps maussade!

C’est en amoureux qu’on passera la dernière soirée de notre road trip, et pas n’importe laquelle, ce soir là, le 17 septembre, c’est l’anniversaire d’Adrien mais aussi le jour de notre anniversaire. C’est avec beaucoup d’émotions qu’on se remémore tout ce chemin parcouru depuis ces quatre mois, on a du mal à faire le tri de nos nombreux souvenirs et anecdotes, on ne réalise pas tout à fait que le lendemain, ce sera terminé…
La soirée se terminera avec des projets pleins la tête pour notre retour, et surtout, avec une promesse, un jour, promis, on repartira, pourquoi pas avec nos enfants, beaucoup plus longtemps, pour un autre continent. Une chose est sûre, on ne s’arrêtera pas de rêver!

The end

beudbeud Administrator

4 comments

  • Sebou Posted on 08/10/2013 at 18 h 40 min Reply

    Hello les amis!

    Voila qui clôture bien votre voyage. C’est un peu plus touffu que quand vous en parlez de vive voix. Vous me direz que c’est plus facile quand on met ca par écrit et ce n’est pas faux.

    A bientôt, des bisous !!!

  • Manon Posted on 08/10/2013 at 18 h 52 min Reply

    Très touchant, j’adore la conclusion. A bientot, il me tarde de vous entendre de vive voix ! Bisous!

  • beudin myriam Posted on 08/10/2013 at 19 h 12 min Reply

    voila une période de votre vie qui restera gravée dans votre mémoire avec de bons souvenirs. Que cette expérience vous serve dans votre vie!! bisous. Un petit regret qu’il n’y ait pas un petit mot sur le nord de la France, région natale d’Adrien!!

    • beudbeud Posted on 08/10/2013 at 19 h 54 min Reply

      Promis, il y aura un ptit mot du ch’nord dans la conclusion!

Leave a comment