Autriche

Miel, Strudel et compagnie !

Miel, Strudel et compagnie !

Lundi 26 août, c’est le départ tant attendu pour l’Autriche! Le coup de sifflet retenti! Et c’est avec grande satisfaction que l’on part en direction de Budapest, où l’on enchaine avec un bus pour arriver à Vienne. Notre amie Judit nous attend de pied ferme et nous accueil les bras ouverts. Après une semaine morose, l’a revoir nous fait un bien fou et nous redonne la « pêche »! (Mais au fait, qui est cette fameuse Judit?! 🙂 pour la petite histoire, Judit est une amie rencontrée grâce au site couchsurfing, il y à trois ans sur Orleans, puis nous nous sommes retrouvés à Toulouse lorsqu’elle faisait Erasmus).
On à peine le temps de manger un bout chez elle, qu’on est déjà dans un café concert (et non cancer cf Judit), bière à la main avec ses amis et son cousin, devant Clara Lucia, une jeune chanteuse viennoise qui monte. Ça fait vraiment du bien de sortir, et on sent de suite qu’on va passer une bonne semaine!

Le temps n’est toujours pas au beau fixe, mais ça nous empêche pas d’aller visiter Vienne avec notre guide personnel! La ville est sympa, évidemment les bâtiments sont de style austro-hongrois, massifs mais raffinés avec de belles couleurs pastels. On comprend pourquoi Vienne est aussi touristique, l’Opéra, le belvédère avec son château qui donne sur la ville, la cathédrale, l’Université, la mairie…Bref tous les bâtiments sont chargés d’histoire et méritent vraiment le détour. En plus avec notre super guide, on a le droit aux bonnes adresses pas touristiques, comme le meilleur glacier de Vienne, une vraie tuerie.
Comme Judit est parfaite, le soir, elle nous concocte un bon repas autrichien! Fini les nouilles, place à la vraie cuisine! Et pas qu’un peu! On se régale. Ça fait une éternité qu’on a pas mangé aussi copieusement. Et ce sera comme cela pendant une semaine, des vrais estomac sur pattes! La journée se terminera dans une joyeuse ambiance entre anecdotes et fous rires.

La pluie encore la pluie, elle ne veux vraiment pas nous quitter ! On ne se laisse pas abattre pour autant, ce sera une journée culture avec la visite du musée du célèbre architecte-peintre autrichien Hundertwasser. Au musée on retrouve Anna (la cousine de Judit qui était venu chez nous à Orleans). La visite est ponctuée par des tableaux, dessins, maquettes, qui donne un aperçu de son univers, très colorés.
Le soir c’est atelier cuisine (pour changer! 🙂 ) en vu du brunch de demain matin, l’occasion d’échanger des recettes et de faire découvrir le banofee à Judit! Et surtout l’occasion d’apprendre des mots en allemand, difficilement prononçable pour un Français !

Avant le départ chez les parents à Judit à la montagne. Pour bien se mettre d’aplomb, on commence la journée avec un bon brunch 🙂 . Accompagné d’Anna, la cousine de Judit qui revient d’Inde et de sa petite soeur. Entre le banofee, les pancakes préparés par Adrien, le pain, le miel et le fromage, on ne sais plus où donner de la tête, la table n’est pas assez grande! Nos estomacs ne sont plus habitués à ce soudain changement de régime ! Ça rigole pas chez les Autrichiens ! 🙂 De plus, revoir Anna était un vrai plaisir.
Une fois rassasiés, on part sur les hauteurs de Vienne pour profiter d’une vue sur la ville, l’endroit est sympathique entre la forêt et les vignes. La dernière journée pour nous à Vienne se fini par la visite du château de Shönbronn, le petit Versailles comme disent les autrichiens, à vrai dire le style n’est pas le même mais l’entrée principale y fait penser! On part dans la soirée pour la Caranthie, direction le grand air!

Vendredi après une nuit plutôt courte, on rencontre les parents de Judit, Barbara et Johannes. On est tout de suite à l’aise, ses parents sont de vrais amours et nous accueille comme si l’on était de la famille. On découvre sa maison, qui est un véritable petit coin de paradis! Une belle maison en bois, des ruches, des hamacs et surtout une vue imprenable sur les montagnes. Quel bonheur!
Alléluia! Le beau temps fait enfin son apparition! Du coup, dans la matinée, Judit nous fait découvrir les alentours de chez elle, le mont Magdalensberg. Après un repas typiquement Autrichien préparé avec amour par sa maman, on décide d’aller se baigner au lac de Wörthersee, puisqu’il fait beau, autant en profiter! L’eau est cristalline et plutôt bonne, on se régale, on rigole, bref, on passe du bon temps…Quant, pas loin près du lac, on voit un shooting photo de mariage, qui de premier abord à l’air tout à fait classique, puis, qui finit par être complètement hallucinant ! Voilà, que la mariée se tartine de boue, que le marié lui lance de la peinture, de la boue et vice et versa! Qu’est ce que c’est que ça ! Beurk, ils sont bizarre ses Autrichiens ! ! ! Judit n’en crois pas ses yeux et est persuadée que c’est un faux mariage! D’ailleurs pour finir en beauté, le photographe nous demande de sortir de l’eau pour que le couple puissent aller dans l’eau, (pour se nettoyer peut être?!) sous les regards ébahis et hallucinés des gens! Un allemand à oser leur demander si c’était un vrai mariage! Il s’avère que oui! Du coup la mariée était vexée de la question ! C’était vraiment écœurant mais marrant à voir! Surtout lorsque la mariée dit à son mari « fais attention, tu vas mouiller mes cheveux »! ( interloqués, on a vu sur internet que c’était une mode, et oui le « trash the dress », qui veut dire détruire sa robe de mariée, certains vont même jusqu’à brulée leur robe encore sur elles …). Après toutes ces émotions, on visite la petite ville de Klagenfurt.
Le soir, on passe une excellente soirée avec les parents de Judit. Johannes nous fait un cours d’allemand et nous de français. Il nous dégote un bouquin Allemand/Français, où il ouvre la première page et nous lit n’importe quel mot en Français sans lire la traduction en allemand, ce qui donne un grand n’importe quoi!  » où sonte less tolettes » et  » appelez moi tout de suite une ambulance » (avec l’accent allemand et haché!) s’en suit un fou rire général, on en rigole encore! On s’attache vite à Johannes et Barbara qui sont des personnes bourrés d’humour et adorables, qu’on est pas près d’oublier.
Johannes, nous donne rendez vous le lendemain matin à 8h aux ruches, pour un cours d’apiculture! Ça tombe bien, Adrien est passionné par les abeilles.

Huit heures! On est sur le pied de guerre, après le cours d’allemand d’hier, place au cours d’apiculture orchestré par Johannes!
Une fois habillée en vraie apicultrice pour Emilie, on part à l’assaut des abeilles! Il fait encore froid, la colonie n’est pas encore en pleine activité, ce qui nous permet de manipuler les rayons contenant le miel sans trop de risques. On a même le droit à une dégustation du miel recueilli. Un vrai régal, qui donne envie à Adrien d’avoir des ruches!
L’après-midi, on profite d’être à la montagne pour faire une randonnée, toujours accompagnés de Johannes, avec qui, on ne s’ennuie pas une seconde! Nous voilà donc en route pour le mont Hoshobir. En chemin on s’arrête voir la cascade de Wildenstein, qui est assez impressionnante. S’ensuit une petite randonnée pour atteindre le sommet culminant à 2140 mètres. Là, nous avons une vue incroyable sur toute la Caranthie, il est même possible de voir aux jumelles, la maison de Judit. C’est super chouette, le panorama sur les villes, les villages, les lacs et les montagnes, nous donnerait presque le tournis !
Mais surtout, on peux apercevoir le Triglav. Derrière le Triglav (qui est le sommet le plus haut de la Slovénie), se trouve évidemment la Slovénie. On voyant cette montagne, la nostalgie nous attrape, il y a trois mois, jours pour jours, nous étions de l’autre coté, notre voyage commencer à peine. On réalise alors que la fin se rapproche…

Dimanche, la pluie à décidé de faire son réapparition! C’est pas grave, depuis qu’on a débute le voyage, en Slovenie, la mamie de Tina nous avait fait un excellent Strudel (une sorte de roulé aux pommes et à la cannelle), du coup Émilie veux absolument savoir la recette! C’est parti pour un atelier Strudel avec Judit et Barbara, sa maman. Cet atelier ne sera pas couronnés de succès, mais surtout couronné par des rigolades! La pâte à Strudel ne s’étale pas, c’est la catastrophe! On refait la pâte trois fois, mais rien a faire, ça ressemble plus à une pâte à trous qu’autre chose! Barbara est désolé, elle n’a jamais raté un Strudel de sa vie! Ça serait dû à la farine d’épeautre, mais on nous l’a fait pas à nous, on a bien compris que les autrichiens ne veulent pas partager leurs recettes !!! 🙂
Le clou de la journée sera la visite des clochers de l’église de son village, Maria Saal. Judit et son oncle, qui détient les clefs de l’église, nous font une visite personnalisé des lieux. Il y a deux tours, et dans l’une d’elle, il y a une cloche de 6,8 tonnes qui date du XVème, le tout en bon fonctionnement, c’est la troisième plus grosse cloche d’Autriche. C’est super impressionnant. Et la vue depuis les clochers est super sympa. On est redevenu comme des gosses le temps de la visite! Même si on a failli devenir sourd, c’était au top!
On finira la semaine, par de franches partis de rigolade avec Johannes à jouer aux cartes.
S’achève une semaine dans une excellente ambiance.

A la semaine prochaine!
La bise!

beudbeud Administrator

1 comment

  • beudin myriam Posted on 10/09/2013 at 14 h 27 min Reply

    je vois que vous avez d’agréables moments avec Judit et ses parents. Profitez de bien manger pour reprendre les kilos perdus avant de rentrer!! biz à vous deux

Leave a comment